top of page

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm

Une obédience libre et souveraine, membre reconnue de la Franc-Maçonnerie Française

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm est une obédience maçonnique qui se distingue par son orientation exclusivement féminine et son attachement aux sources du rite de Memphis-Misraïm.

Ce rite, parmi les plus riches et symboliques de la franc-maçonnerie, plonge ses racines dans une tradition ancienne qui se veut à la fois philosophique, initiatique, et spirituelle.

Le rite de Memphis-Misraïm, fusionné à la fin du 19ème siècle, emprunte son nom et une partie de sa symbolique à l'Égypte antique, reflétant un intérêt pour les mystères et les connaissances de cette civilisation.

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm, en s'inscrivant dans cette tradition, se consacre à l'exploration des dimensions spirituelles et symboliques de l'existence, offrant un espace pour que les femmes puissent poursuivre leur quête de connaissance de soi, de développement personnel, et d'engagement dans un cadre fraternel et solidaire.

 

Elle valorise les principes de liberté de conscience, d'égalité, et de fraternité, promouvant une démarche de réflexion et d'action visant à contribuer à un monde plus juste et harmonieux.

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm cherche à permettre à chaque femme de s'engager dans un processus de transformation personnelle et collective, en cultivant des valeurs d'entraide, de respect mutuel, et de dépassement de soi.

 

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm s'adresse ainsi à toutes celles qui, dans le respect de la diversité et de l'ouverture d'esprit, aspirent à œuvrer pour le progrès moral et spirituel, tant sur le plan individuel que général.

La Maçonnerie Féminine Egyptienne

Il fut un temps où l’initiation maçonnique était interdite aux femmes ; heureusement, les temps ont changé.


Mais, la présence de Loges Féminines fut très tôt signalée dans l’histoire de la Maçonnerie Égyptienne.
Cagliostro, fut un précurseur, en ce sens qu’il ouvre la porte aussi bien aux hommes qu’aux femmes ; en 1782, il ouvre la première Loge féminine qui s’appellera La Colombe et où les femmes, comme nous‑même aujourd’hui sont vêtues de blanc.
Le 7 août 1785, à Lyon, se tint l’inauguration de la Loge ISIS travaillant au Rite Égyptien.
En 1819, une tenue d’adoption fut organisée par Madame de Villette, fille adoptive de Voltaire, à qui on attribue la création d’une Loge du Rite de Misraïm.


A partir de la terreur Blanche, les Loges de Misraïm se réfugièrent dans la clandestinité, et ce jusqu’en 1838, date à laquelle seules les Loges masculines reprirent force et vigueur.


Il faut attendre 1965 pour que le Grand Maître du Rite, Robert Ambelain décide de rouvrir la Maçonnerie de Memphis Misraïm aux Femmes.

Robert Ambelain, né le 2 septembre 1907, et décède le 27 mai 1999.

 Il est initié le 26 mars 1939 et a pour parrain le Grand Maître, Constant Chevillon.
Le 13 août 1960, il est désigné par Henri-Charles Dupont, comme son successeur, à la charge de Grand Maître du Rite de Memphis Misraïm pour la France et ses dépendances. C’est à partir de cette date, qu’il commença à oeuvrer pour développer le Rite. 


En effet, dès 1965, il ouvrit le Rite aux Femmes, la Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm est née. La même année, il fonde la loge exclusivement féminine « Hathor ».
C’est le 26 janvier 1971 qu’une seconde Loge « Le Delta » fut créée, puis prit force et vigueur, essaima en province.

Julienne Bléier, femme engagée, a créé la Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm et lui a donné ses lettres de noblesse. 

Née le 2 juin 1926 à Constantine en Algérie, décédée le 21 décembre 2004 à Paris, Julienne Bleier fut initiée en 1954 au Droit Humain.
En 1981, elle devient Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm, et c’est en 1987 qu’elle devient Grande Maîtresse Générale pour la France et ses dépendances (Italie, Belgique, Suisse, Argentine, Brésil, États-Unis, Canada).

Notre histoire

bottom of page